C’est avec tristesse que nous avons appris le décès de la skieuse olympique Ginette Séguin, survenu le 21 mai dernier. Elle était âgée de 85 ans.

Madame Séguin était une remarquable skieuse alpine, couronnée double championne canadienne en 1957. En 1956, elle est devenue la première femme de la région à prendre part aux Jeux olympiques. Le 30 janvier, à Cortina d’Ampezzo en Italie, « Gigi » Séguin s’est élancée avec le dossard numéro 41 parmi 56 participantes. Malgré son ordre de départ tardif, elle a pris le 18e rang (première nord-américaine) du slalom, devant ses coéquipières Ann Heggveit et Lucile Wheeler, qui deviendront plus tard les deux premières médaillées olympiques canadiennes de l’histoire en ski alpin. Ce classement sera le meilleur résultat olympique individuel de la région jusqu’en 1976, battu alors par Gaétan Boucher.

La Société d’histoire du sport de la capitale nationale lui a remis le prix Jacques-Amyot en 2018. Nous vous invitons à revoir son hommage ici.

Madame Ginette Séguin, accompagnée de sa petite-fille Kim Lamarre et du président de la SHSCN, Marc Durand, lors de la remise du prix Jacques-Amyot, le 31 mai 2018.

« Nous sommes peinés de ne plus la savoir parmi nous. Elle nous avait fait l’honneur de sa présence lors de la remise du prix Jacques-Amyot le 31 mai 2018, hommage qu’elle a pleinement savouré. Par ailleurs, nous sommes très fiers d’avoir pu honorer cette pionnière avant son décès, elle qui attendait toujours sa sélection au Temple de la renommée du ski canadien ».

Née le 19 avril 1934 à Québec, la résidente de St-Ferréol-les-Neiges continuait d’offrir ses services à la communauté sportive et touristique de la région. Elle est sortie d’un certain anonymat en 2014 lorsque sa petite fille Kim Lamarre a remporté la médaille de bronze des Jeux de Sotchi en Slopestyle.

Au nom de la Société d’histoire du sport de la capitale nationale, j’offre mes sincères condoléances à la famille et aux amis de Madame Séguin qui fut une athlète remarquable.

Marc Durand
Président